Anniversaire du Congrès de la Soummam : une célébration sacrifiée par le Néo-FFS

soummam2

Il y a des signes qui ne trompent pas. L’infléchissement du Néo-FFS se poursuit à grande vitesse et a atteint cette semaine un point culminant.

Depuis de longues années, le FFS avait fait de la commémoration du 20 août un événement d’envergure pour témoigner de son attachement à ce congrès déterminant pour la Révolution et se positionner comme l’héritier de l’esprit de la Soummam.

« Cette célébration ne doit pas être une commémoration rituelle. C’est d’abord un hommage à la fois aux congressistes et à tous les militants anonymes qui n’ont pas récolté les fruits de leurs activités débordantes, de leur abnégation et de leurs sacrifices », écrivait Hocine Aït Ahmed en 2004.

Chaque année, les militants, par centaines, célébraient cet anniversaire, unifiés derrière leur direction à Ifri- Ouzellaguen, avec ferveur et en toute conscience du poids de l’héritage et de la difficulté de le maintenir vivant face aux mystifications continuelles du régime.

Or cette année, la direction du Néo-FFS a décidé de marquer l’événement en organisant un meeting le 18 août au Centre culturel d’Ouzellaguen, dont la capacité d’accueil ne dépasse pas 200 personnes. Dans la conjoncture dangereuse que vit le pays, le FFS aurait pu saisir l’occasion de cet anniversaire pour rebondir et s’imposer sur la scène politique amorphe, mais il a décidé d’assurer le minimum syndical pour la commémoration de cet événement historique, révélant ainsi sa faiblesse, son inaptitude à porter un discours à la hauteur du défi, et son incapacité à subvertir.

Selon nos sources, la décision d’animer un meeting le samedi s’explique par l’incapacité des dirigeants de mobiliser les militants pour cet événement. Ils ont ainsi tenté le week end pour rassembler le maximum de personnes.

En désertant les lieux de la commémoration, le Néo-FFS a laissé l’espace libre au FLN d’Ould Abbas pour accaparer l’événement et en faire une tribune pour le cinquième mandat de Bouteflika. Le FLN veut faire les choses en grand en rameutant ses foules (il a les moyens et la méthode) et surtout en honorant la famille de feu Abane Ramdane, l’architecte du congrès de la Soummam. Le FLN n’est pas à une manipulation près.

Une indiscrétion d’un journal nous apprend que les militants du FFS seraient en colère contre la décision de la direction du parti.

Jamais le FLN d’Ould Abbes, qui porte une lourde responsabilité dans le détournement de la Révolution algérienne, n’aurait osé parader à Ouzellaguen s’il n’avait pas constaté l’extrême faiblesse du FFS.

Les mauvaises langues disent que Laskri aurait conclu un marché avec Ould Abbas pour que ce dernier occupe les lieux le 20 août. Mais ce sont là que des spéculations sans fondement, Ould Abbas n’a pas besoin de conclure un quelconque marché avec le Néo-FFS. La voie est libre.

FC

Un commentaire sur “Anniversaire du Congrès de la Soummam : une célébration sacrifiée par le Néo-FFS

Les commentaires sont fermés.